Sélectionner une page

Faut-il toujours dire la vérité ? Ce sujet a opposé deux personnes emblématiques de la philosophie : Benjamin Constant et Emmanuel Kant. B. Constant de son côté défendait le mensonge sous certaines conditions. Quant à Kant, il défendait la vérité absolue.

Le fait est que dire la vérité peut parfois blesser. Ces blessures peuvent ne jamais se refermer complètement. Pourtant, je pense qu’il faut dire la vérité le plus possible. Bien évidemment, il faut tenir compte de certaines exceptions. La clef sur ce genre de sujet est de nuancer les propos qui s’opposent pour obtenir le raisonnement le plus pertinent possible.

Je précise que cet article est basé sur ma propre opinion. Ce qui est écrit ici n’est en aucun cas une vérité absolue, ce n’est que le reflet de ma pensée. En effet, j’ai pour but de vous donner les clefs qui vous permettront de vous forger votre propre avis sur la question. Peut être que vous partagerez le mien, peut être pas. Quoi qu’il en soit, vous serez éclairé.

Dire la vérité respectueusement

Comme mentionné précédemment, je pense qu’il est important de dire la vérité. Faut-il toujours dire la vérité ? Cela dépend du contexte. Quoi qu’il en soit, que ce soit pour être en accord avec soi-même simplement pour se faire respecter : dire la vérité est souvent la solution. Évidemment, ce n’est pas toujours aussi simple car certaines vérités peuvent être délicates à dire et à entendre.

De ce fait, même si la dire peut parfois blesser, il faut le faire. Le faire oui, mais pas de n’importe quelle manière. Il faut l’énoncer de façon respectueuse sans déformer sa pensée. J’ai donc élaboré pour vous une liste non-exhaustive des points qu’il vous faudra prendre en compte pour dire la vérité sans que cela tourne au drame.

  • Tenez compte des conséquences de vos paroles.

Avant de dire quoi que ce soit, tournez plusieurs fois votre langue dans votre bouche. Demandez-vous si la situation est propice pour dire la vérité. Tentez de visualiser les conséquences que cela pourra avoir sur votre vie et celles des autres.

Exemple : vous êtes en milieu professionnel. Votre employeur vous manque profondément de respect. Certes, il a probablement tort mais lui dire ses 4 vérités bille en tête n’est peut être pas la meilleure des solutions dans cette situation.

  • Tenez-vous à l’écart des autres personnes.

Si vous souhaitez dire la vérité à une ou plusieurs personnes : demandez simplement un isolement. Cela peut être simplement de quitter une pièce ou un endroit où il y a du monde. En privé, il sera alors plus simple de recevoir la vérité pour cette ou ces personnes.

L’effet de groupe peut faire tourner votre bonne intention au vinaigre. En effet, le besoin d’appartenance est très puissant ! Certaines personnes par manque de confiance ou égo réagiront bien plus mal à ce que vous leur direz si c’est en présence de leur famille ou de leurs amis. C’est également valable autour de personnes qu’ils ne connaissent pas réellement.

  • Demandez l’autorisation à votre interlocuteur.

À supposer que ce soit une personne seule, demandez-lui l’autorisation de lui parler. Ce geste peut paraître anodin mais prend tout son sens ici. Cette personne vous répondra probablement oui et ce premier oui la mettra dans des conditions favorables.

Couplé à ce qui a été dit à l’étape d’au dessus, vous avez toute l’attention de la personne et vous êtes seul avec elle. Aucun effet de groupe et aucun effet de surprise : vous voilà dans de bien meilleures conditions pour annoncer ce que vous avez à dire.

  • Prévenez l’individu que vous allez potentiellement le blesser.

Exprimez votre intention : vous êtes bienveillant et pourtant ce que vous allez dire pourrait porter atteinte à l’individu en question. Dites-lui qu’il est possible que ce que vous vous apprêtez à dire le blesse. Il sera alors d’autant plus prédisposé à recevoir ce que vous allez dire. Cet individu (consciemment ou non) se préparera à un choc émotionnel.

  • Précisez que ce n’est là que votre opinion.

Ajoutez bien que ce que vous allez dire n’est que votre opinion. Ce n’est pas une vérité, tout le monde ne pense pas ce que vous allez dire. La personne en face de vous aura donc plus tendance à nuancer vos propos et à ne pas réagir violemment.

Ce n’est pas pour autant une recette miracle. Il se peut que cette personne réagisse tout de même violemment à votre égard si les propos sont trop brutaux et qu’elle n’arrive pas à se contrôler. C’est pour ça que dans tout ce que vous allez dire il faut que vous restiez bienveillant, calme et souriant.

  • Dites que vous comptez sur cette personne pour faire de même.

Dans l’optique où vous avez confiance en cette personne : exprimez votre confiance envers elle. Dites-lui que vous avez foi en elle et que vous aimeriez qu’elle en fasse autant avec vous. La franchise est devenu un luxe que peut de monde peuvent se payer.

En faisant ça, non seulement vous améliorez les conditions du dialogue mais en plus vous renforcez votre lien avec la personne en question. Témoignez-lui votre gratitude sans que cela devienne ridicule et long. Dans ce cas, la personne aura tendance à croire que vous essayez de l’endormir et cela peut se retourner contre vous.

  • Préparez-vous à une réaction violente.

Une réaction violente peut survenir même si vous avez pris des précautions pour dire ce que vous pensez être juste. Cette réaction peut être physique, mentale, voire les deux. Même si la personne en face de vous est de nature calme, préparez-vous à essuyer un ton qui monte, des insultes et des coups.

Évidemment, dans le cas où une réaction de ce type arrive, si cela va trop loin défendez-vous. Ne restez pas impassible face à une personne qui vous manque ouvertement de respect. Montrez qui vous êtes et les limites qu’il ne faut pas franchir avec vous. Notez que vous êtes dans une démarche de bienveillance, énerver plus une personne par votre comportement violent ne servira à rien.

  • DITES LA VÉRITÉ !

Vous y êtes, vous avez pris toutes les précautions nécessaires. Votre interlocuteur est prêt à recevoir un possible boulet de canon en pleine face. De votre côté, vous êtes paré à toute éventualité. En général, cela se passe bien donc ne stressez pas. Attendez-vous simplement au pire pour ne pas être pris au dépourvu.

  • Poursuivez le dialogue sur l’accord de votre interlocuteur.

Si votre binôme de franchise accepte, poursuivez le dialogue une fois que le cœur du sujet est abordé. Parlez des points positifs, changez de sujet et choisissez-en un plus léger. Les gens ne sont pas stupides et comprennent en général bien, inutile de s’attarder plusieurs heures sur un sujet de la sorte.

Soyez toujours dans une démarche de communication non-violente. Recherchez le dialogue en permanence. Il se peut aussi que la personne souhaite ne pas être dérangée. Dans ce cas, il est essentiel que vous respectiez son choix même si cela vous frustre et que vous aviez encore des choses à dire.

  • Évitez les répétitions.

Vous y êtes : la vérité est dite. Or, la pilule n’est peut être pas encore totalement passée. Il est fort probable que votre interlocuteur réfléchisse pendant plusieurs heures voire plusieurs jours à ce que vous lui avez dit. Si la vérité que vous avez énoncé est importante et pertinente, la majorité des personnes se remettront en question. Dans ce cas, il faudra éviter de revenir sur ce sujet qui, cette fois, fera plus de mal que de bien.

Dans le cas contraire où la personne a entendu votre vérité mais n’a pas changé pour autant : elle n’est pas suffisamment ouverte. Elle peut aussi trouver qu’il n’y a rien à changer. Dans ce cas, il est également inutile de répéter, éloignez-vous simplement de cette personne.

Omettre la vérité volontairement ou non

Faisons le point sur les omissions. Une omission, c’est quand vous cachez une information que ce soit volontaire ou non. Dans ces deux cas de figure vous devrez réagir différemment mais toujours dans le même but : dire la vérité.

En cas d’omission volontaire, vous vous demanderez probablement si c’est vraiment un mensonge. Vous tenterez surement de vous rassurer en vous disant que vous n’avez fait que ne rien dire mais en réalité il n’en est rien. Si vous avez un doute sur la franchise de l’omission, c’est tout simplement parce que c’est un mensonge.

Dire la vérité est mieux que de mentir par omission

Dans ce cas, dites la vérité en suivant les étapes mentionnées précédemment.

Si c’est une omission involontaire : vous avez probablement oublié de mentionner quelque chose d’important et dans ce cas rien de grave. Vous connaissez sans doute l’expression “Mieux vaut tard que jamais.”. Appliquez cette expression. Il n’est jamais trop tard pour dire la vérité.

Bien sûr, il est préférable de la dire le plus tôt possible mais ce n’est pas une raison pour ne pas la dire du tout si ce n’est pas fait tôt. Il se peut que vous ne vous sentiez pas prêt pour dire la vérité. Dans ce cas, ne vous forcez pas à la dire, attendez d’être prêt quitte à révéler la vérité plus tard.

Quoi qu’il arrive, que ce soit par omission volontaire ou involontaire, dire la vérité est la meilleure option. Cela vous permettra d’être en total accord avec vous-même et aussi de soulager les autres du poids du mensonge.

Est-ce bien de mentir ?

Depuis le début de cet article je vous répète que dire la vérité est la meilleure des choses que vous puissiez faire. Bien qu’il faille dire la vérité aussi souvent que possible, il y a tout de même des exceptions extrêmes à cette règle morale. Il se peut qu’un jour dans votre vie il soit de votre intérêt de mentir pour sauver votre vie ou sauver la vie de quelqu’un d’autre.

Lors de la Seconde Guerre Mondiale, les nazis traquaient les personnes de confession juive pour les torturer, les tuer et plus horrible encore. Si vous étiez juif à cette période, il était de votre intérêt de mentir sur ce que vous étiez.

Encore un autre exemple, cette fois avec autrui. Toujours lors de la Seconde Guerre Mondiale : supposons que vous soyez un résistant qui lutte contre le nazisme en France. Vous cachez des personnes de confession juive dans votre maison et un nazi débarque chez vous. Il vous demande si vous cachez des juifs chez vous.

Dans cette situation, vous avez évidemment tout intérêt à mentir pour sauver la vie des personnes que vous couvrez même si c’est au détriment de la vôtre. Le mensonge permet parfois de combattre le feu par le feu.

Évidemment, ce sont des situations exceptionnelles. Cependant, il est bon de savoir nuancer ses idées pour agir au mieux.

Faut-il toujours dire la vérité ? Conclusion

Alors, faut-il toujours dire la vérité ? Si ce n’est pas une question de vie ou de mort, dire la vérité s’avère être la meilleure option à long terme. En mentant, il est possible que vous soulagiez quelqu’un pendant quelques instants. Cependant, à l’avenir cette personne sera d’autant plus détruite par la vérité qui lui aura été cachée.

Toutefois, cette façon de fonctionner n’est autre que la mienne. Tout dépend de vos valeurs, de vos idéaux ou encore de vos choix. Il se peut que vous ayez de bonnes raisons de mentir et que vous décidiez tout de même de le faire : libre à vous.

Quoi qu’il arrive, vous devez retenir que dire la vérité vous permettra d’être en accord avec vous-même. Ainsi, vous ne culpabiliserez pas et vous pourrez rendre service aux autres. Comment voulez-vous que les autres s’améliorent si vous ne leur révélez pas ce qui vous déplaît ? Être dans la franchise c’est être dans la bienveillance, c’est se soulager et soulager les autres.